Nommé à la tête de la multinationale américaine en février 2014, Satya Nadella a su insuffler une nouvelle dynamique à Microsoft. Portrait d'un patron cool à la fibre humaniste.

Agé de 46 ans à sa nomination, ce père de trois enfants avait déjà passé quelques années chez Microsoft en occupant le poste de vice-président de la branche Cloud et Entreprise.

Venu de Hyderabad, dans le sud-est de l'Inde avec un diplôme d'ingénieur en électricité, Satya arrive aux États-Unis au début des années 90, où il complète son cursus avec un master en sciences informatiques à l'université du Wisconsin à Milwaukee, puis un MBA à l'université de Chicago (Chicago Booth School of Business).

Le style Satya contraste totalement avec celui de son prédécesseur Steve Ballmer actuellement actionnaire de la société. Pour rappel, Bill Gates, le cofondateur ne détient plus que 1,3 % de Microsoft et est conseillé technologique.

Avec une fibre humaniste, Satya avait célébré en juillet 2015 le lancement de Windows 10, son nouveau système d'exploitation au Kenya. Interrogé par les médias locaux sur sa présence en Afrique pour ce lancement, Satya répond: «Je suis là pour écouter et pour apprendre auprès de ceux qui utilisent nos produits au quotidien.»

Pour accélérer la transformation de l'entreprise, Satya Nadella a opté pour une stratégie inédite, en favorisant l'ouverture de Microsoft et de ses produits aux autres plateformes. Dès sa première année en fonction, il a mis à disposition les logiciels de la suite Office (Word, Excel, Powerpoint, etc.) sur les appareils Android de Google et iOS d'Apple, en partie gratuitement. Même stratégie d'ouverture pour Windows 10 en fournissant la mise à jour gratuite à tous les utilisateurs de Windows 7 et 8.

En accédant à son poste, Satya Nadella, a dû endosser le rachat de l'activité mobile de Nokia mais, il s'est rendu compte que Nokia avait raté depuis longtemps le virage du smartphone. En 2016, il a racheté le réseau social professionnel LinkedIn pour 26,2 milliards de dollars.

Depuis le début de l'année 2017, le géant américain de l'informatique voit ses profits fortement augmenter grâce à ses investissements dans les services en ligne pour les entreprises et les particuliers.

JHY

La rédaction vous conseille
> Interview avec Alloysius Attah, le PDG de Farmerline